Accueil

Pour une loi Évin climat ?

Pour réussir la transformation écologique, la publicité doit être mise au service de la lutte contre le changement climatique et de la sobriété. Le 30 septembre (en commission) et le 8 octobre (en hémicycle) 2020, une proposition de loi en ce sens sera défendue par le groupe Ecologie Démocratie Solidarité à l’Assemblée nationale.

L’impact de la publicité

La publicité exerce une influence majeure sur nos achats, nos modes de vie et nos représentations sociales. Le Robert la définit comme « le fait d’exercer une action psychologique sur le public à des fins commerciales, spécialement, de faire connaître un produit et d’inciter à l’acquérir ». Selon un sondage soutenu par l’ADEME, 88% des Français déclarent que les entreprises incitent à la surconsommation par la publicité en proposant toujours plus de nouveautés.

34 milliards d’euros.

C’est le montant que les annonceurs consacrent
chaque année en France à la publicité, tous supports confondus,
en incluant l’ensemble des actions de communication et de marketing.

© Katrin Baumann / CESE 2019

Une mesure citoyenne

La Convention Citoyenne pour le Climat a porté un ensemble de propositions fortes de régulation de la publicité afin de « réduire les incitations à la surconsommation », mesures soutenues par 89,6 % des 150 membres de la Convention. Notre proposition de loi rejoint précisément plusieurs de ces dispositions.

En quoi la proposition
consiste-t-elle ?

Nous portons une proposition de loi pour une évolution du modèle publicitaire qui réponde à ces préoccupations. Elle vise à donner à la publicité un rôle moteur dans la transition écologique en formant les professionnels du secteur aux enjeux environnementaux, en diminuant progressivement la publicité des produits les plus polluants pour la réorienter vers les produits vertueux, et en supprimant à terme les écrans vidéos publicitaires.

« Tant que la publicité ne fera pas sa grande révolution, elle ne sera pas  un acteur de la transition. Soyons le premier pays à mettre fortement la publicité au service de la sobriété. »

Matthieu Orphelin, rapporteur de la proposition de loi,
co-président du groupe EDS à l’Assemblée nationale


Les trois dispositions de la loi

La formation des étudiants

Pour que les futurs professionnels de la communication, de la publicité et du marketing s’approprient les enjeux d’une consommation plus sobre et durable.

La régulation progressive de la publicité sur les produits les plus polluants

Pour réduire à moyen terme la publicité portant sur ces produits et la réorienter vers les produits les plus écologiques.

La suppression à terme des écrans vidéos publicitaires

Pour éviter la consommation inutile d’énergie et de ressources naturelles et la pollution visuelle de ces nouveaux supports de communication.

Pour aller plus loin

Vous avez un doute ou une question sur le champ d’application de la proposition de loi ? Consultez notre foire aux questions (FAQ) !


Une idée à partager ?

Nous contacter : matthieu.orphelin@assemblee-nationale.fr